Eviter les arnaques NFT : comment repérer les drapeaux rouges

Marketing man is here – L’explosion des NFT a amené une vague de nouveaux créateurs dans l’écosystème. Mais ces créateurs s’y connaissent-ils réellement ? Sont-ils là pour apporter une utilité réelle à l’écosystème ? Ou bien pour faire du profit facilement sur le dos des nouveaux venus ? On peut légitimement se poser la question à la vue de certains projets et des Rug Pull qui se multiplient. Alors comment éviter les arnaques NFT ? Il va tout d’abord nous falloir tomber dans les méandres du marketing d’influence et des biais cognitifs.

NFT et risques : état des lieux

Les NFT ou tokens non fongibles (Non Fungible Tokens) sont des actifs numériques uniques dotés d’attributs spécifiques.

Par leur nature même, les NFT offrent certaines opportunité pour les collectionneurs et c’est la raison pour laquelle nous avons vu fleurir certaines des plus grosses collections actuelles comme les Bored Ape Yacht Club, les CryptoPunks, les CoolCats, etc. Au départ à but collectionniste, le domaine s’est largement diversifié et avec lui les arnaques liées aux NFT.

Les projets mettent désormais souvent en avant une utilité et même parfois des avantages en physique en plus de faire partie d’une communauté. Mais ces projets sont très rare et difficile de ne pas constater une recrudescence des projets d’imitations sans utilité. Des chiens, des chats, des « taureaux riches », des pièces d’or qui tournent, bref. Une floppée de collections aux graphismes vus et revues sans réelle utilité derrière le projet malgré des feuilles de route toutes plus remplies les unes que les autres.

Il convient de garder la tête sur les épaules lorsqu’on les épluche. Si Ubisoft et d’autres grands noms du jeux vidéos ne l’ont pas encore fait, pensez-vous vraiment qu’une équipe de cinq personnes va être en capacité de créer un Metaverse en cinq mois ? Restons sérieux. Et c’est bien pour cela que 99% des projets passés, présents et futurs vont finir aux oubliettes, délaissés par l’équipe devant l’ampleur du travail (réel) à fournir pour respecter leur Roadmap.

Les NFT: une route vers l’argent facile ? Ou un chemin vers les arnaques ?

Les gens commencent à comprendre qu’une Roadmap joliment présentée n’est pas forcément synonyme de réussite, et nous avons pu voir de plus en plus la prolifération d’opérations de flipping dans le milieu des NFT. Pratique qui consiste à acheter le NFT au lancement au prix de base et à le revendre pour essayer de faire le plus gros multiplicateur possible.

A l’image d’un listing sur un nouvel exchange, certains projets NFT vont voir leur Floor Price, prix minimum d’un NFT de la collection, augmenter fortement lors du listing sur la marketplace. Les plus rapides pourront effectivement faire un beau profit. Mais il faut bien savoir qu’un projet destiné à mourir va aussi voir son Floor Price chuter. Et là on ne parle que des projet qui vont jusqu’à la marketplace. Certaines équipes-projet, une fois la phase d’achat publique terminée, se rendent compte que le vrai travail commence réellement et abandonnent tout simplement le navire.

>> Jouez la sécurité en investissant sur des devises cryptos de référence avec Swissborg (lien affilié)  <<

Le problème ? La phase d’achat a eu lieu. Et donc le portefeuille de l’équipe a reçu les fonds dépensés par les acheteurs. Vous n’êtes ainsi pas à l’abri de voir les membres du projet partir avec le portefeuille et donc un joli profit. Prenons un exemple simple : une réserve de NFT de 10 000 tokens, un prix d’achat au départ à 0,3 ETH. Si l’équipe vend ne serait-ce qu’un tiers de sa réserve, soit 3 333 NFT alors l’équipe aura ramassé 1000 ETH. L’équivalent au cours actuel de 2 500 000$. Cet argent facile a évidemment attiré toute une nouvelle génération de « créateurs » dans cet univers. Mais qui dit nouveaux arrivants, dit aussi nouvelles arnaques NFT. On vous donne envie d’acheter et on se remplit les poches.

Vous donner envie d’acheter : une pratique bien plus vieille que les NFT

Nous verrons dans un instant les réelles dérives du marketing dans le domaine des NFT. Mais avant cela il faut bien comprendre les mécanismes qui y sont liés.

Ces mécanismes n’ont rien à voir avec l’arrivée des NFT. Et nous pouvons le entrevoir déjà avec les collections de jouets d’il y a 20 ans. Que ce soient les Bratz, les toupies Beyblades ou encore de collections types Transformers, tous utilisent les mêmes principes marketing inhérents au fait de vendre une collection :

Intégrer un groupeLe plaisir de la recherche et de l’échangeRareté ou quantité = respect auprès de ses autres camarades.

Ces jouets ont tous utilisé la même formule magique pour faire une collection à succès :

Susciter la surpriseÊtre grandement médiatiséeÊtre accessible Proposer très souvent des nouveautés

Ces techniques ont toujours fonctionné et utilisent la psychologie humaine pour cela. Le but ici n’étant pas de critiquer ce type de marketing mais bien de critiquer le fait qu’il soit maintenant utilisé sur des actifs spéculatifs. Il faut donc faire vraiment attention lorsque l’on voit passer de la promotion pour des projets NFT. Beaucoup de techniques de marketing déloyales sont en effet utilisées sur des projets plus que douteux.

>> Jouez la sécurité en investissant sur des devises cryptos de référence avec Swissborg (lien affilié)  <<

Eviter les arnaques NFT : d’abord reconnaître le marketing

Nous allons voir ensemble quelques pratiques qu’il vous faut détecter pour éviter les arnaques NFT. Le réel problème vient du fait que les communautés présentes dans les NFT ont généralement des gens très influençables à l’intérieur.

Plusieurs raisons, comme l’attrait d’avoir un token sous forme d’image. Le fait que nous n’ayons pas l’impression de faire un réel investissement. Influencer quelqu’un par du marketing agressif,n’est pas propre aux NFT. Mais il y a généralement un produit physique derrière, et il s’agit d’un achat et non d’un investissement. Les NFT quant à eux peuvent très bien avoir leur prix qui tombe à 0. Alors attention aux différents drapeaux rouges visibles quand il s’agit d’arnaques NFT.

1. Le marketing d’influence

Le marketing d’influence est utilisé par tout les projets NFT. Tout simplement. C’est la base même de faire connaître le projet en payant des influenceurs pour en faire la publicité. La technique en elle même n’est pas condamnable et n’est pas, par nature, un point négatif. Attention toutefois au type d’influenceurs rémunérés pour décliner ce marketing. A l’image de certains projets douteux dont la publicité à été faite par des influenceurs très connus certains projets NFT le sont aussi. Et là est tout le problème. Vous ne devez pas croire les « crypto-influenceurs » aveuglément par principe, mais faire preuve d’encore plus de prudence avec ceux qui n’ont rien à voir avec le milieu.

Un projet qui utilise des influenceurs à plus de 2 millions d’abonnés, dans le seul but de ramener une « communauté » même si elle ne connait rien à l’écosystème n’est pas un projet fiable. Attention donc à ce type de marketing. Renseignez vous sur les influenceurs rémunérés ainsi que sur le projet.

2. Les « NFT Promoters »

Il s’agit d’un autre type de marketing d’influence. Des comptes Twitter qui se proposent, contre des récompenses pécunières de faire la promo de votre projet NFT. Pourquoi ces comptes sont problématiques quand il s’agit de marketing ? Et bien tout simplement car beaucoup de ces comptes font plusieurs « Giveaways » par jour, qui sont bien évidemment de la promotion du projet dont ils proposent de gagner gagner des tokens. Et bien souvent, sans mentionner que le contenu est promotionnel nul part.

Pire, beaucoup de ces comptes font des « Giveaways » plutôt douteux. Des concours, promettant un NFT qui en général apparaît cher, contre un like, un follow et un retweet. Jusque là rien d’anormal, sauf qu’il est impossible de trouver les résultats à ces concours, autant sur twitter que sur les explorers Blockchain puisque le numéro du NFT n’est pas donné. Donc à moins de parcourir les 10 000 images d’un projet vous ne le trouverez pas.

Tweet d’un promoteur NFT

« Et puis m**de ! Je veux aider tout le monde avec un cadeau. 5000 NFT 10 000$ ETH à 5000 personnes qui retweet, aiment et follow. »

Il est donc évident qu’un projet qui n’a aucun scrupule à faire appel à ce genre d’influenceur n’a pas vocation à être un projet sérieux. Il s’agit souvent de projets cherchant, comme pour le marketing d’influence « basique », une communauté nombreuse afin de vendre au plus grand nombre. Un projet avec une réel utilité et une équipe qui croit en son projet n’a pas besoin de ce type de publicité.

3. Du gambling à la loterie : l’appât du gain en matière de NFT

Un autre type de marketing et même de projet a également fait son apparition: les projets dits de « loterie« . Le principe est très simple puisqu’il s’agit du même principe que le casino ou qu’une tombola. Prenons un exemple afin de mieux comprendre le principe.

100 NFT sont en vente à un pris de 1 SOL. Quand vous achetez un de ces NFT, vous êtes techniquement éligibles pour une loterie, parmi les 100 NFT. Vous pouvez, en somme, être tirés au sort pour gagner le gros lot. On vous promet par exemple de gagner la moitié de la trésorerie si vous êtes tirés au sort.

C’est très beau sur le papier, le souci étant la mention « de la trésorerie ». C’est à dire que pour commencer, en général, ces projets ne feront le tirage que si un certain nombre de NFT est vendu. Imaginons que tout soit vendu pour rendre les choses simple. Vous auriez une chance sur cent de gagner 50 SOL dans notre exemple, soit au cours actuel 4400$.

En soi, si vous appréciez le casino ce genre de projet n’est pas un souci. Le problème ou plutôt les problèmes, sont ailleurs.

Premièrement, vous ne savez pas comment est fait le tirage. Rappelons qu’en France les jeux de hasard sont interdits sans licence. Et que même avec une licence, un huissier de justice doit le vérifier. Deuxièmement, quand l’équipe va vous virer l’argent. En effet si l’équipe met du temps à vous virer les cryptos en question, il n’est pas dit que le cours soit le même que quand vous avez acheté.

Le troisième problème se situe au moment où vus voudrez retirer cet argent. Sur une loterie de base, vous seriez exonérés d’impôts car il s’agit d’un gain issu de jeu de hasard. Mais comme ici vous le recevez en crypto, afin de pouvoir le retirer vous devrez vous plier à la fiscalité du pays où vous résidez et cela ne sera pas compté comme un gain de jeu de hasard. Vous aurez donc très certainement des frais supplémentaires à payer sur ce gain.

« La sagesse au jeu est de savoir s’arrêter… à un kilomètre du casino. »

Patrick Sébastien

Les plus aguerris l’auront compris, ce genre de projet ne constitue en rien un investissement, mais clairement un casino dissimulé. Voire même parfois carrément une arnaque NFT visant juste à voler vos fonds. Vous serez gagnants en étant tirés au sort, si tirage au sort il y a, mais vous toucherez moins que ce qu’il vous a été promis. Et si vous n’êtes pas tirés au sort, vous serez juste perdant, sans utilité et sans possibilité de revendre vos NFT.

4. L’utilisation du FOMO

Le Fear Of Missing Out (FOMO) est un des grands ennemis de l’investisseur crypto. Mais encore plus si vous comptez investir dans les NFT. Tout simplement car il est facile, comme démontré auparavant de vous donner envie d’acheter. Et par dessus ces techniques de marketing peuvent s’ajouter les techniques que vous avez déjà tous vues sur Internet: celles du dropshipping.

Vous voyez très bien à quoi vous avez affaire. Dans le monde des NFT cela va se résumer autrement: Les préventes. Si un projet vous dit qu’il a vendu la totalité de sa prévente, cela ne veut rien dire. Une prévente est une petite quantité, limitée et vendue pendant la plus grosse phase marketing d’un projet. Le but ? Faire acquérir des NFT du projet, à des prix parfois réduits, à des gens avant la vente publique. Pourquoi ? Pour que ces mêmes personnes fassent la pub du projet en exposant leur tout nouveau NFT et, l’euphorie aidant, donnent envie à d’autres d’investir.

« Cet article vous intéresse ? Dépêchez vous, la promo à -60% fini dans 24h. De plus, il ne reste que 100 exemplaires et 80 personnes l’ont dans leur panier. »

99% des sites de dropshipping sur Internet

Le projet va donc mettre en avant une prévente en rupture très rapidement, afin de vous signifier que si vous n’êtes pas présent pendant la vente publique, alors vous allez manquer le projet de l’année et donc un bon bénéfice. Car qui dit rupture de stock, dit Floor Price qui augmente car des gens voudront acquérir des pièces de la collection. Il n’en est rien. Une prévente en rupture rapidement ne veut absolument pas dire que le projet le sera. Et encore une fois, une bonne équipe, qui croit en son projet et son attrait pour la communauté, n’aura pas besoin de vous faire croire cela. La rupture de stock des NFT se fera d’elle même.

5. Un projet pas professionnel

Imaginons que vous n’avez vu aucune des alertes au dessus. Un autre drapeau rouge peut être l’absence de professionnalisme de l’équipe gérant le projet. Vous avez rejoint le Discord de l’équipe, vous avez même eu une Whitelist (Liste blanche permettant d’avoir accès en avance à la vente public ou même à une prévente) et vous comptez investir dans le projet.

Une équipe qui retarde sans cesse le processus d’achat, qui ne communique pas ou très peu sur les problèmes rencontrés constituera une alerte supplémentaire pour à minima réduire votre exposition au projet si ce n’est abandonner l’idée d’investir.

Comme expliqué en début d’article, ce n’est qu’après ce processus que le vrai travail de l’équipe-projet commence pour délivrer leur feuille de route. Si déjà le lancement du projet capote il est évident que tenir une feuille de route sera très compliqué et vous risqueriez d’investir dans un projet voué à l’échec.

>> Jouez la sécurité en investissant sur des devises cryptos de référence avec Swissborg (lien affilié)  <<

Eviter les arnaques NFT: Prôner l’utilité avant toute chose

Une manière d’éviter les arnaques sur les NFT est tout d’abord de prôner l’utilité d’un projet dans lequel vous voulez investir. En effet, il est maintenant important que les NFT apportent quelque chose à l’écosystème. Nous voyons apparaître par exemple des plateformes de lending de NFT ou encore des NFT servant à lutter contre la désinformation.

Vous pouvez pour cela vous poser une question très simple: « Qu’apporte le projet à l’écosystème ? A quoi me sert cet investissement ? ». Si vous n’êtes pas capable d’y répondre il y a déjà un souci quant à l’utilité du projet et donc sa possibilité d’arriver à terme. Si vous n’avez pas la réponse à cette question vous pouvez aussi vous demander « Ce NFT me plaît-il ? » car il est bien évidemment important de se souvenir que vous être maîtres de vos investissements. Si le NFT en question à une valeur à vos yeux, qu’elle soit sentimentale ou encore que vous aimiez l’art derrière il ne faut pas forcément vous priver.

Avec l’explosion de l’écosystème nombreux sont ceux qui essaieront de faire de l’argent sur votre dos. Savoir reconnaître les dérives marketings et les dangers de l’investissement NFT est donc essentiel à tout bon investisseur dans le domaine afin d’éviter les arnaques NFT. L’utilité d’un projet peut-être gage de sa viabilité mais il ne faut non oublier quand même que certaines collections sont purement artistiques et très reconnues. A ce stade il en va des goûts et des couleurs de chacun.

Personne ne sait quand le bull run crypto reprendra. Ce qui est certain, c’est qu’il ne sera plus temps d’avoir des regrets. Préparez au mieux cette prochaine phase de croissance en profitant dès aujourd’hui d’une offre exceptionnelle : jusqu’à 100€ en cryptomonnaies offerts lors de votre inscription sur la plateforme Swissborg (lien affilié, pour un dépôt minimum de 50€)

L’article Eviter les arnaques NFT : comment repérer les drapeaux rouges est apparu en premier sur Journal du Coin.

Publié le
Catégorisé comme Non classé

Autograph.io : Les stars américaines se mettent aux NFTs !

Tom Brady, vainqueur du mythique Super Bowl à sept reprises, lance son projet NFT : Autograph. Avec cette initiative, le sportif veut rassembler des stars américaines de différents horizons autour des NFTs. En effet, Tom Brady prévoit de créer une communautés d’artistes, sportifs, modèles, égéries de marques en tout genre et icônes de la pop-culture. […]

L’article Autograph.io : Les stars américaines se mettent aux NFTs ! est apparu en premier sur Cointribune.

Publié le
Catégorisé comme Non classé

Sur Twitter, la guerre anti-NFT s’organise

L’hexagone de la discorde – Le 20 janvier 2022, Twitter annoncait la possibilité pour les abonnés payants à son service Twitter Blue, de connecter leur compte à leur portefeuille pour y récupérer et utiliser leurs tokens non fongibles (NFT) comme avatar sur le réseau social. La photo de profil qui correspondra à une image liée à un NFT appartenant au propriétaire du compte, aura la forme d’un hexagone, plutôt que d’un cercle pour les avatars standards. La cryptosphère s’est globalement réjouie de cette nouvelle, mais Twitter s’est également attiré la foudre des ennemis des œuvres d’art numériques peintes avec une touche de blockchain.

Les détenteurs de NFT mis au ban sur Twitter

Le 24 janvier 2022, un développeur connu sous le pseudo mcclure sur GitHub fournit un outil permettant aux ennemis des NFTs de bloquer les utilisateurs de Twitter qui utilisent des images liées à ces tokens non fongibles à titre d’avatar.

Mcclure met à la disposition des twittos anti-NFT, un plugin Google Chrome et Firefox permettant de bloquer facilement les comptes dont la photo de profil a une forme hexagonale. Il suffira à l’utilisateur du plugin d’appuyer sur le bouton « run NFT block » pour faire défiler une page et bloquer toutes les comptes ciblés. Ce plugin est une version plus personnalisée du plugin Twitter Block Chain permettant de bloquer tous les comptes sur une page sans aucun ciblage spécifique.

Le développeur mcclure prévoit d’intégrer dans les versions futures de ce plugin, des fonctionnalités permettant d’analyser les notifications de son utilisateur et de bloquer ainsi automatiquement les comptes indésirables.

>> Jouez la sécurité, inscrivez-vous sur la référence des exchanges crypto FTX  (lien affilié) <<

Se débarrasser des NFT pour le bien de Twitter

Mcclure évoque trois raisons pour justifier sa haine des NFTs qu’il qualifie d’« escroquerie à l’investissement » :

les NFTs contribueraient au réchauffement de la planète : la blockchain consomme-t-elle réellement plus d’énergie que les « autres » technologies qui l’ont précédée ?Il existerait des scams et des vols d’art sur les marchés des NFT ;« les utilisateurs de NFT sont tout simplement irritants » : les acheteurs de NFT doivent selon mcclure, inciter d’autres personnes à en acquérir pour éviter que leurs tokens non fongibles ne perdent de valeur. Mcclure ajoute en outre que « les cliques NFT de Twitter sont pleines de comptes sockpuppet, de dogpiling et de clones de singes indifférenciés. Bloquer les utilisateurs de NFT ne fait que rendre Twitter plus sympathique »

La guerre des NFT ne fait que commencer. Les ennemis des Bored Ape Yacht Club et des autres collections du même type n’apprécient probablement pas le virage NFT de YouTube qui emboite ainsi le pas de Twitter.

Pro NFT, anti-NFT, chacun a le droit de choisir son camp. Quel est le vôtre ? Si vous vous intéressez aux milles et une bizarerries de la nouvelle finance, Inscrivez-vous sans attendre sur la plateforme d’exchange crypto de référence FTX et bénéficiez d’une réduction à vie sur vos frais de trading (lien affilié, voir conditions sur site officiel).

L’article Sur Twitter, la guerre anti-NFT s’organise est apparu en premier sur Journal du Coin.

Publié le
Catégorisé comme Non classé

Des NFT sur Bitcoin (BTC) ?

La frénésie observée dans l’industrie des NFT a aujourd’hui pour épicentre le réseau Ethereum. Moins connus, certains projets préfèrent pourtant se lancer sur Bitcoin comme la nouvelle solution open source Raretoshi. La plateforme propose d’accéder à une marketplace sur la sidechain Liquid. Les NFT finiront-ils par rejoindre l’écosystème le plus résilient du monde crypto ? Raretoshi, […]

L’article Des NFT sur Bitcoin (BTC) ? est apparu en premier sur Cointribune.

Publié le
Catégorisé comme Non classé

Bug OpenSea – La plateforme leader des NFT annonce un programme de remboursement

La semaine du 24 janvier 2022 a mal commencé pour certains utilisateurs d’OpenSea qui ont vendu bien malgré eux leurs tokens non fongibles (NFT) à un prix dérisoire. L’utilisateur TBALLER a par exemple eu la mauvaise surprise de voir son NFT Bored Ape Yacht Club (BAYC), cédé pour 1 800 $ sur la place de marché, soit 1% de sa cotation actuelle. L’acheteur n’a pas attendu longtemps pour le revendre pour près de 200 000 $. D’autres vendeurs de NFT ont rencontrés les mêmes soucis qui sont dus à un problème lié à l’interface utilisateur d’OpenSea.

Problème d’interface utilisateur d’OpenSea : rien de nouveau, sauf sa divulgation

OpenSea a décidé de rembourser les victimes de ce problème lié à l’interface utilisateur de la plateforme. L’entreprise a indiqué au media The Block qu’elle prenait « activement contact avec les utilisateurs concernés et les rembourse ».

Ce problème n’est d’ailleurs pas nouveau, il est présent depuis le lancement de la place de marché NFT. OpenSea a tout simplement choisi de ne pas le divulguer pour éviter selon le porte-parole de la société, de « le porter à l’attention de mauvais acteurs qui pourraient en abuser à grande échelle avant que nous ayons mis en place des mesures d’atténuation ».

Le problème surgit lorsqu’un utilisateur a dans un premier temps fait une offre de vente de son NFT à un certain prix. Puis, il procède à un transfers de son NFT vers un autre portefeuille, plutôt que d’annuler l’offre et de payer les frais de gas correspondants. L’offre n’existe alors plus sur OpenSea.

L’utilisateur qui décide alors de faire une nouvelle offre ultérieurement, le renvoie vers le même portefeuille initial pour le mettre en vente. L’offre précédente existe alors toujours et est toujours valide, alors que le prix du NFT s’est peut-être beaucoup apprécié entre la première offre et le moment où le token a été renvoyé dans le même portefeuille.

Les acheteurs qui ont identifié ce problème, accepte alors la première offre toujours valide achetant les NFTs de grande valeur à un prix dérisoire.

Pour résoudre ce problème, OpenSea a :

lancé un nouveau gestionnaire d’annonces : les utilisateurs peuvent ainsi voir et annuler facilement leurs offres ;modifié la durée par défaut de ses inscriptions : elle passe de six mois à un mois. Si un NFT est remis  dans un portefeuille après un mois, l’inscription aura donc expiré ;prévu des notifications informant les utilisateurs d’une offre active lorsqu’ils transféreront un NFT et leur demandant s’ils veulent l’annuler.

>> Jouez la sécurité, inscrivez-vous sur la référence des exchanges crypto FTX (lien affilié )<<

« Vol » au musée d’art numérique : des chefs d’œuvres NFT pour une bouchée de pain

La société d’analyse Elliptic a identifié au moins trois personnes qui ont profité de ce problème le 24 janvier 2022, pour acquérir pour une bouchée de pain, plus de huit NFT d’une valeur supérieure à 1 million de dollars. Ces NFT appartiennent à des collections célèbres comme le BAYC, le Mutant Ape Yacht Club, les Cool Cats, et CyberKongz.

La société de sécurité blockchain PeckShield a quant à elle identifié un acheteur qui aurait gagné 332 ETH, plus de 800 000 $, en tirant également profit de ce problème.

OpenSea soigne son image en décidant de rembourser les victimes de ce problème lié à son interface utilisateur. La société a tout intérêt à soigner sa réputation alors que la plateforme continue son développement en s’ouvrant notamment à d’autres blockchains, dont Solana (SOL).

Quelle est la composition de votre portefeuille crypto ? Si cette question vous laisse sans voix, il est probablement temps d’aller vous intéresser à la question en vous construisant une stratégie propre ! Pour ce faire, Inscrivez-vous sans attendre sur la plateforme d’exchange crypto de référence FTX et bénéficiez d’une réduction à vie sur vos frais de trading (lien affilié, voir conditions sur site officiel).

L’article Bug OpenSea – La plateforme leader des NFT annonce un programme de remboursement est apparu en premier sur Journal du Coin.

Publié le
Catégorisé comme Non classé

NFT All Stars

{« slug »: »nft-all-stars », »podcast_slug »: »nft-all-stars », »promo_media_id »: »PJXVcoOg », »playlist_id »: »HAxw4nFV », »title »: »Season 1, Tuesdays in February at 4 p.m. ET », « logoImg »: »https://cloudfront-us-east-1.images.arcpublishing.com/sandbox.coindesk/FYMRBVE4MBCARKUJZAVUQYUNQ4.png », »description »: »“NFT All-Stars” is an animated podcast series hosted by NFT OGs Jason Bailey, also known as Artnome, and Marguerite deCourcelle, the CEO of blockchain game studio Blockade Games. Get ready for eye-opening and entertaining conversations about the fast-evolving, exploding world of non-fungible tokens, where niche meets mainstream culture, featuring guests like Pete Holmes, FEWOCiOUS, Deadmau5, Damon Dash, James ‘Munky’ Shaffer and others. Text us at (507) 4787-NFT for live updates and to ask us anything. », »hasEmbed »: true, »embedUrl »: « https://joinsubtext.com/nftallstars?embed=true », »scriptUrl »: « https://raw.githubusercontent.com/alpha-group/iframe-resizer/master/js/iframeResizer.min.js », »hosts »:[{« name »: « Marguerite deCourcelle, CEO of Blockade Games (aka coin_artist) », »type »: « Co-host », »author_id »: « MargueriteDeCourcelle », »description »: « Marguerite deCourcelle (better known as coin_artist) is a technologist, game designer, and blockchain enthusiast. She is the CEO of Blockade Games, a company that designs puzzles and games built on blockchain technology Her contributions to cryptocurrency puzzles and art have been featured in MIT techreview, BBC, and NPR. », »portraitUrl »: « https://cloudfront-us-east-1.images.arcpublishing.com/sandbox.coindesk/DXRLT6FBNBGXHLGEVST4X7VTEY.png »},{« name »: « Jason R. Bailey, CEO of ClubNFT (aka Artnome) », »author_id »: « JasonRBailey », »type »: « Co-host », »description »: « Jason Bailey is the CEO of and cofounder of ClubNFT and is well known for his popular art and tech blog Artnome.com. Having predicted the current NFT art explosion back in 2017, he was an early NFT collector and proponent of the CryptoArt movement. As the first collector on SuperRare, Jason introduced the popular marketplace to their very first artists and collaborated with them to introduce NFTs to the traditional art world. Most recently, he founded the GreenNFTs initiative to help explore and promote eco-friendly NFT practices. Jason has written on art and tech for Art in America and the Harvard Data Science Review and has lectured at Christie’s, Sotheby’s, and top universities and institutions around the world. Prior to ClubNFT, he spent two decades in senior leadership positions at tech startups before launching his own successful tech marketing and business consulting practice in 2019. », »portraitUrl »: « https://cloudfront-us-east-1.images.arcpublishing.com/sandbox.coindesk/SNQPC5KHWZHA5KGT6I4W2VQKWY.png »},{« name »: « BT », »author_id »: »BT », »description »: « BT is a classically trained symphonic composer, musician, arranger, orchestrator and NFT artisan. His work includes Oscar winning films and critically acclaimed series. He is credited as a pioneer of the Trance and IDM genres.He has created a slew of widely adopted plugins, used in everything from Star Wars and Stranger Things to #1 Country records. BT has written, produced for Death Cab for Cutie, Peter Gabriel, Howard Jones, Tiesto. Depeche Mode, Armin Van Buuren, Sting, NSYNC, Blake Lewis, The Roots, Madonna, Britney Spears and more. », »type »: « Guest co-host », »portraitUrl »: « https://cloudfront-us-east-1.images.arcpublishing.com/sandbox.coindesk/JGIOFGKXUBBJBA5XUKXMJYZ4IU.png »},{« name »: « Jenny Guo. Co-founder of Highstreet », »author_id »: « JennyGuo », »type »: « Guest co-host », »description »: « Jenny Guo is an award-winning creative producer, XR arts patron, and tech entrepreneur. She has been named on Forbes 30 under 30 in 2018 and AACYF 30 under 30 in 2020. She was also recognized as the top 10 Asian Americans Entrepreneurs in 2021. Backed by HTC , Binance Lab, and other big funds, her company Highstreet is building a commerce-centered MMORPG ( massive(ly) multiplayer online role-playing game) using VR and blockchain technology. », »portraitUrl »: « https://cloudfront-us-east-1.images.arcpublishing.com/sandbox.coindesk/6DHOLPAUVZD7RICHPNGUVIFCQ4.jpg »},{« name »: « Twobadour (Anand Venkateswaran) Steward of Metapurse.eth », »author_id »: « Twobadour », »type »: « Guest co-host », »description »: « Twobadour went from working as a journalist and GTM strategist in financial technology to virtual shopping with artists as the Steward of Metapurse, the world’s largest NFT fund. », »portraitUrl »: « https://cloudfront-us-east-1.images.arcpublishing.com/sandbox.coindesk/7JDJBPAJXFGXNN7YCKERQ566KI.png »}], »socials »:{« twitter »: »letsgetnewmoney », »tiktok »: »letsgetnewmoney », »ig »: »letsgetnewmoney »}, »partnership »:{« description »: »Sponsored by », »logo »: »https://cloudfront-us-east-1.images.arcpublishing.com/sandbox.coindesk/JE55WVDLUNB3RF2IVHZLL5QNM4.png »}}

Publié le
Catégorisé comme Non classé

NFT All-Stars

“NFT All-Stars” is an animated podcast series hosted by NFT OGs Jason Bailey, also known as Artnome, and Marguerite deCourcelle, the CEO of blockchain game studio Blockade Games. Co-hosts also include EDM pioneer and NFT artisan BT and Highstreet Co-founder Jenny Guo. Get ready for eye-opening and entertaining conversations about the fast-evolving, exploding world of non-fungible tokens, where niche meets mainstream culture, featuring guests like Pete Holmes, FEWOCiOUS, Deadmau5, Damon Dash, James “Munky” Shaffer and others. Text us at (507) 4787-NFT for live updates and to ask us anything.

Publié le
Catégorisé comme Non classé

TRAILER: NFT All-Stars

“NFT All-Stars” is an animated podcast series hosted by NFT OGs Jason Bailey, also known as Artnome, and Marguerite deCourcelle, the CEO of blockchain game studio Blockade Games. Co-hosts also include EDM pioneer and NFT artisan BT and Highstreet Co-founder Jenny Guo. Get ready for eye-opening and entertaining conversations about the fast-evolving, exploding world of non-fungible tokens, where niche meets mainstream culture, featuring guests like Pete Holmes, FEWOCiOUS, Deadmau5, Damon Dash, James “Munky” Shaffer and others. Text us at (507) 4787-NFT for live updates and to ask us anything.

Watch the full episode here.

Publié le
Catégorisé comme Non classé

6 Reasons for Optimism This Crypto Winter

When token markets plunged in 2018 following the initial coin offering (ICO) bubble, I wrote a column entitled “Crypto Winter Is Here and We Only Have Ourselves to Blame.” It lamented the get-rich-quick schemes and “lambos” that took precedence over the development of real solutions to real problems at that time.

Four years later, with crypto markets reeling from another sharp sell-off, I feel no compulsion to write such a self-flagellating piece on the industry’s behalf.

Sure, last year’s boom generated overblown prices for many tokens, both fungible and non-fungible, alongside a whole new set of bad-taste, wealth-flashing memes. (The phrase “have fun staying poor” surely took the prize as the worst.)

You’re reading Money Reimagined, a weekly look at the technological, economic and social events and trends that are redefining our relationship with money and transforming the global financial system. Subscribe to get the full newsletter here.

But in many ways the building and problem solving that followed the 2018 meltdown has served us well. It meant the speculation behind the most recent boom was built on a more established foundation than in 2017.

Crypto is still far from going mainstream, both in terms of its technical capability and social acceptance. But there is a lot less “vaporware” now. It feels more “real,” established, here to stay – that it truly is building something transformative for the world. That’s why this “winter” feels less brutal.

So, with that in mind, here are my six main reasons to say “this time is different” (which, I know, is always a dangerous thing to say).

Layer 2 scaling systems: No longer just an idea

Whether it’s the Lightning Network for low-cost bitcoin payments, the ZK-rollups that power decentralized finance (DeFi) applications or multiparty computation projects enabling secure online custody, cryptographic advances have over the past three years gone from concept to deployment.These innovations will lead to the network processing scalability that’s needed for blockchain technology to go mainstream.

Most of these are layer 2 or companion tools that address a core problem with multi-node blockchains: the need for a massive amount of duplicative computation to process transactions on chain. They represent decentralized alternatives to “permissioned” blockchains where only a small set of approved actors would have the authority to validate transactions (thus improving efficiency). Instead, Layer 2 mechanisms use clever cryptography to enable off-chain computation that can’t be gamed and which, after linking outcomes back to a “permissionless” blockchain, don’t undermine its decentralized consensus. If Ethereum developers can successfully migrate that blockchain to the full suite of 2.0 features, even bigger scaling gains will soon be made by the crypto ecosystem.

Permissionless models are winning

Thanks partly to the technological improvements described above, recent crypto success stories are concentrated among permissionless projects open to any participants, rather than in the permissioned projects once favored by incumbent players. The money is being made in DeFi, non-fungible tokens (NFT) and decentralized autonomous organizations (DAO), not so much in IBM’s once prominent “enterprise blockchain” offerings.

Users are finding value in blockchain technology’s most disruptive, paradigm-changing promises rather than in incremental adjustments to existing business models. This reflects hope that it will unleash a truly transformative wave of innovation, something closer to what the internet achieved than most fintech ideas seem geared toward.

Corporates and financial institutions are here now

This preference for permissionless crypto projects is not just coming from crypto-native “degens.” It’s also found among the same kinds of established companies that were earlier the target of permissioned enterprise blockchain ideas. Thousands of mainstream firms are experimenting with NFTs and social tokens, especially those in entertainment, fashion and media such Adidas, Warner Brothers and The New York Tiimes. One mark of what this says about the sector’s future growth came in separate earnings calls this week, when Satya Nadella and Tim Cook, the CEOs of Microsoft and Apple, respectively, both crowed over opportunities in the metaverse and pledged to invest forcefully in it.

Meanwhile, even though lots of institutional investors have no doubt pared down their bitcoin positions these past couple of weeks, the engagement in crypto among hedge funds, family offices and even pension funds surged last year – with the more adventurous of them dabbling in DeFi. Even if they’ve sold a lot of crypto of late, institutions’ investments in the technology, staff, processes and legal arrangements needed to enable those investments now stand as a base of established infrastructure for handling future transactions. The institutions aren’t leaving.

Regulation implies normalization

While the crypto community was understandably upset by some poorly worded amendments to a U.S. infrastructure bill that resulted in overzealous tax surveillance of crypto service providers, the law also effectively legitimized the industry. If a government wants to tax a sector, it won’t kill it. It was also encouraging to see wide bipartisan support for the (ultimately failed) efforts to soften those amendments, along with other signs that lawmakers are becoming better informed.

Regulation remains a barrier to innovation, adoption and growth, particularly the onerous nature of anti-money laundering rules and securities law enforcement. But it’s also a framework for normalizing the industry and for making the general public feel more comfortable with it.

Read more: Is a Crypto Winter Coming? 3 Things to Consider

This wasn’t (all) crypto’s fault

The mad 2017 token price runup and subsequent collapse in 2018 was largely endemic to the crypto sector. It was stoked by investor mania for ICOs and by blind belief in the untested ideas of founders who raised billions of dollars on flimsy white papers. The inflated prices for this vaporware inevitably deflated when doubts about their promises grew.

The current situation is quite different. While excessive enthusiasm for new tokens contributed to unsustainable price rallies, crypto’s ballooning market capitalization was also fueled by unprecedented fiat monetary expansion as central banks pumped trillions of dollars worth of quantitative easing into the global economy to soften the impact of a pandemic-fueled global recession. That surfeit of dollars, euros and yen flowed into risk assets: stocks, commodities, real estate, fine art and, significantly, cryptocurrencies. Now we’re all paying the price for that as an inevitable inflation problem is prompting the U.S. Federal Reserve to remove the punch bowl.

With good reason: Crypto’s concurrent collapse with stocks and other assets led some to question the claim that bitcoin is an uncorrelated asset and a hedge against inflation. But I think the excessive part of the crypto price rally – the part that took bitcoin from $30,000 to $65,000 but not that which drove it from $10,000 to $30,000 – was perhaps due to exogenous factors.

Once prices settle, we should be in a better position to gauge how much of their future advances will be driven by legitimate crypto-only factors such as those described in points one through four, and how much is caught up in the risk-on/risk-off whims of a global financial system addicted to central bank largesse.

Publié le
Catégorisé comme Non classé